• Accueil /
  • Blog /
  • Achats /
  • Comment la crise du Covid-19 a bousculé les critères traditionnels de choix des fournisseurs de prestations intellectuelles ? /

Comment la crise du Covid-19 a bousculé les critères traditionnels de choix des fournisseurs de prestations intellectuelles ?

Publié le Monday, April 12, 2021 par Fabien Baiata

Les prestations intellectuelles représentent une part croissante des achats des entreprises car elles permettent de répondre à un besoin de recrutement rapide tout en bénéficiant d’une expertise de qualité.

L’externalisation des prestations intellectuelles permet aussi aux entreprises de flexibiliser leur budget en maîtrisant les durées d’interventions des expertises qu’elles sollicitent.

La crise sanitaire due au Covid-19 a fini par convaincre les plus hésitants d’externaliser les achats de prestations intellectuelles.

En effet, les confinements, les absences répétées des salariés (pour cas contacts, arrêt maladie, télétravail, garde des enfants etc) ou la mise en place de nouvelles stratégies commerciales pour faire face à la crise, ont contraint de nombreuses entreprises à s’adapter rapidement.

La digitalisation a ainsi pris une place prépondérante dans les entreprises qui ont eu recours à des prestations intellectuelles diverses telles que : les conseils en achat de prestations intellectuelles, les formations, l’assistance informatique/informaticien, le conseil RH, la rédaction web spécialisée, la comptabilité, etc.

Les entreprises ne manquent pas d’options en matière d’achats de prestations intellectuelles (freelances, portage salarial, plateformes numériques, etc) mais les critères de sélection des fournisseurs semblent avoir changé durant la crise.

Les critères de sélection des fournisseurs résonnent davantage avec des valeurs éthiques et solidaires remettant sur le devant de la scène la responsabilité sociétale des entreprises (RSE).

Comment le Coronavirus a-t-il impacté les critères de sélection des fournisseurs de prestations intellectuelles ? Tour d’horizon sur le nouvel état d’esprit des entreprises acheteuses durant la crise sanitaire.

homme travaillant sur son ordinateur

Les critères traditionnels du choix des fournisseurs de prestations intellectuelles

Les prestations intellectuelles sont des prestations immatérielles, permettant le transfert de savoir-faire et d’autres compétences intellectuelles. Ces prestations nécessitent les capacités analytiques et créatives d’un prestataire, dans un domaine spécifique.

Les prestations intellectuelles concernent des domaines variés tels que : les études d’ingénierie, l’assistance informatique, la formation au service et la communication, des activités de conseils divers, des activités créatives. Les prestations intellectuelles ne concernent pas la vente de marchandise.

Peu importe la prestation intellectuelle recherchée, les critères traditionnels du choix du fournisseur tendent souvent vers l’objectif commun de rentabiliser l’investissement, c’est pourquoi le critère du rapport qualité-prix arrive en première position.

Parmi les critères de sélection :

  • Le prix : il s’agit de comparer le rapport qualité-prix en incluant aussi les coûts cachés (coûts de transport, les frais spécifiques aux produits importés etc) ;
  • Les conditions d’achat et les facilités de paiement ;
  • Les délais de livraison ;
  • L’existence d’un SAV et d’une assistance technique ;
  • La santé financière du fournisseur ;
  • Les titres et certifications du fournisseur justifiant de ses expertises ;
  • Le respect des réglementations selon le secteur d’activité (nationales, européennes etc) ;
  • Le respect de certaines règles éthiques et environnementales ayant un impact sur l’image de l’entreprise.

Connaître la réputation des fournisseurs ou comment anticiper la solidarité en période de crise

Le premier critère du rapport qualité-prix semble laisser place à un nouveau critère prioritaire : la fiabilité du partenariat.

En effet, d’après l’Étude réalisée par le Ministère de l’économie et des finances, les acheteurs interrogés s’accordent à dire que la fiabilité de leurs relations commerciales avec leurs fournisseurs a été salvatrice durant la crise.

Aussi, la qualité des relations commerciales a permis à de nombreuses entreprises de s’adapter rapidement aux différentes difficultés grâce à la réactivité des fournisseurs et la gestion optimale des approvisionnements.

Certaines relations commerciales ont ainsi révélé une solidarité entre les partenaires, les fournisseurs ayant été réactifs et flexibles en ce qui concerne la rapidité de leur intervention et/ou leur délai de paiement.

L’importance de connaître la réputation d’un fournisseur passe donc au premier plan pour les entreprises qui s’interrogent avant tout sur la confiance qu’elles peuvent accorder à leur fournisseur : Le fournisseur s’adapte-il aux nouvelles contraintes de ses clients ? Le fournisseur est-il à l’écoute de ses clients ?

Lorsque le fournisseur est déjà un ancien partenaire commercial de l’entreprise, le fait de disposer d’une cartographie des risques achats ou d’un plan de vigilance facilite grandement le choix des partenariats à maintenir en période de crise.

Lorsque l’entreprise est à la recherche d’un nouveau fournisseur de prestations intellectuelles, faire partie d’un réseau d’acheteurs peut permettre d’accéder à des bases de données fournisseurs et partager des bonnes pratiques et des contacts utiles.

Connaître la réputation d’un fournisseur semble désormais un critère primordial pour effectuer une sélection.

En somme, le dialogue entre acheteurs et fournisseurs devient un critère central.

L’importance de la proximité des fournisseurs

Le débat autour de la délocalisation n’est pas nouveau et la crise sanitaire a précipité les prises de décisions des entreprises afin de relocaliser les fournisseurs en Europe et en France.

S’il est vrai que la relocalisation impacte surtout les secteurs industriels français suivants : santé-pharmaceutique, agroalimentaire, électronique, industrie manufacturière ; les prestations intellectuelles sont aussi concernées.

Les entreprises souhaitent en effet rapprocher géographiquement les différents acteurs des chaînes de production, tout secteur confondu.

En matière d’achats de prestations intellectuelles, le rapprochement géographique devient un critère important de la sélection des fournisseurs compte tenu des risques importants d’indisponibilité des fournisseurs trop éloignés.

A titre d’exemple, une entreprise faisant appel à un fournisseur informatique (assistance technique/informaticien etc) pour la digitalisation de l’entreprise (incontournable en période de crise) optera pour un fournisseur local car plus accessible en cas de difficultés.

La responsabilité sociétale des entreprises (RSE) au cœur de la sélection des fournisseurs

La RSE, ou Responsabilité Sociétale des Entreprises, consiste à prendre en compte les impacts générés par les activités d’une entreprise.

La crise sanitaire a remis au cœur du débat la RSE, incitant les entreprises à faire de cette responsabilité un critère de sélection dominant des fournisseurs.

Aussi, l’activité des entreprises peut impacter négativement l’environnement et la société en contribuant par exemple à la pollution ou à l’augmentation du chômage en raison de la réduction des effectifs.

Au contraire, les entreprises peuvent avoir un impact positif sur l’environnement et la société en favorisant la relocalisation de leurs fournisseurs et en choisissant des fournisseurs ayant une démarche responsable.

L’impact de la relocalisation sur la RSE

L’objectif de relocalisation en Europe ou en France des fournisseurs participe grandement à la réduction des impacts négatifs sur l’environnement.

En outre, travailler avec des partenaires européens permet de travailler avec des partenaires qui appliquent les normes européennes en vigueur concernant l’environnement (utilisation de produits agréés, utilisation d’un maximum de matières premières renouvelables, diminution de la quantité des déchets, etc.)

La gestion des risques accrus liés aux achats de prestations intellectuelles durant la crise sanitaire

La responsabilité sociétale des entreprises suppose également que les entreprises donneuses d’ordre soient très vigilantes quant à la prévention contre les risques liés aux achats de prestations intellectuelles.

Une responsabilité qui fait écho à la loi sur le devoir de vigilance du 27 mars 2017 imposant aux entreprises une attention accrue notamment quant à aux risques de corruption, tout au long de leur chaîne d’approvisionnement.

Ainsi, l’augmentation des achats de prestations intellectuelles durant la crise sanitaire favorisent les risques connus tels que : le risque de dépendance économique des fournisseurs, les risques relatifs à la propriété intellectuelle, le risque de délit de marchandage ou encore de prêt de main d’œuvre illicite).

Conscientes de l’augmentation de ces risques, certaines entreprises ont priorisé des prestations intellectuelles jusque-là encore jamais exploitées telles que le conseil en achat de prestations intellectuelles.

Ainsi, l’accompagnement de plateformes spécialisées dans la mise en relation entre entreprises et fournisseurs/experts indépendants, telles que celle de freelance.com, a permis aux entreprises de piloter leurs achats de prestations intellectuelles en maîtrisant les risques redoutés.

Textes de référence :

Fabien Baiata

J’ai à cœur d’accompagner les entreprises dans le succès d’un écosystème de compétences externes, en garantissant le respect réglementaire qui nous est tous imposé. Je m’engage donc à participer à des manifestations qui nous permettrons de construire en co-développement les bonnes pratiques de demain.

Ajouter un commentaire

je recherche un talent
  • Mission
    1
  • Informations complémentaires
    2
  • Coordonnées
    3
Exemple : consultant SAP, Développeur Front-End, Graphiste...